Rex Quondam Rexque Futurus

Dernier épisode

RQRF 32: Le Chevalier aux Deux Épées et Hunbaut

Suivant le Conte du Graal de Chrétien de Troyes (RQRF 7), il est courant de voir des romans centrés sur Gauvain, partageant la vedette avec un autre chevalier — typiquement dans Méraugis de Portlesguez, La Vengeance Raguidel (RQRF 26) ou Gliglois (RQRF 30).

En miroir du nouveau venu, qui doit apprendre les codes de la chevalerie et faire ses preuves, Gauvain, le chevalier accompli, est souvent mis dans des situations dont il est impossible de se tirer courtoisement, ou encore accablé par sa réputation, bonne ou mauvaise.

Le Chevalier aux Deux Épées suit ce schéma classique, mais s’ouvre sur une étrange scène : en allant y chercher des fers à bestiaux (destinés au Roi Arthur) la jeune dame Lore de Caradigan assiste à l’enterrement du chevalier Bléhéris dans une chapelle enchantée. Cela lui permet de récupérer son château à Ris d’Outre-Tombe, mais elle a aussi ceint l’épée du chevalier et seul un chevalier aussi preux que lui pourra la lui enlever.

À la cour d’Arthur arrive un ancien écuyer de Gauvain qui souhaite être adoubé : Mériadeuc. Il est en fait le fils de Bléhéris mais ignore son propre nom… Quand il arrive à retirer l’épée de Lore, Keu le surnomme alors logiquement le Chevalier aux Deux Épées. Il en obtiendra même une troisième, couverte de sang, qui lui permettra de soigner un chevalier blessé.

Pendant ce temps, Brian des Îles en veut à Gauvain car la dame qu’il convoite n’a d’yeux que pour lui. Il l’attaque lors d’une balade matinale, désarmé, le blesse grièvement et le laisse pour mort, racontant partout qu’il est décédé. Une fois remis, Gauvain part à sa recherche pour rectifier ça.  Sa réputation continue à lui jouer dans tours quand il libère un châtelain et s’aprête à passer la nuit avec sa fille, mais celle-ci se dit triste car elle voulait garder sa virginité pour… Gauvain. Elle ne le croit pas quand il affirme être Gauvain et le croit encore moins quand Gauvain respecte son refus. Il semble avoir une réputation de violeur…

Pendant ce temps Mériadeuc échappe à la cour d’Arthur et combat les troupes de Brian de la Gâtine, qui assiège les terres de sa famille. Gauvain l’y aide en libérant la ville de Tygan, où la mère de Mériadeuc est assiégée, mais on découvre progressivement que c’est en fait Gauvain qui aurait tué Bléhéris, le père de Mériadeuc.

Dans Hunbaut, par contre, le schéma est renversé. Gauvain doit s’aventurer sur une île qui n’est pas soumise à l’autorité d’Arthur, mais alors que Hunbaut, qui l’accompagne, en connait les usages, Gauvain commet impair sur impair et outrage le seigneur de l’île.

À son retour, Gauvain devra secourir sa soeur, enlevée peu après leur départ, et rencontrer une demoiselle tellement amoureuse de lui qu’elle a fait scultpter une statue à son effigie dans sa chambre…

Que ce soit dans Hunbaut, qui est inachevé, ou Le Chevalier aux Deux Épées, qui est peut-être trop achevé, on retrouve beaucoup de motifs arthuriens familiers. Hunbaut met en scène le motif du “tu me décapites, puis je te décapite” de la Première Continuation (RQRF 8) ou de La Mule sans frein (RQRF 19) — et qu’on retrouvera plus tard au centre de Gawain and the Green Knight. Le Chevalier aux Deux Épées semble reprendre sa scène de la chapelle maudite du Perlesvaus (RQRF 11) mais rendue plus ou moins incompréhensible…  Gauvain est assailli par sa réputation : on raconte qu’il est mort (comme dans L’Âtre périlleux (RQRF 30)), il est accusé de meurtre (comme dans le Conte du Graal) et il reste “l’idole inconnue” (pour reprendre le titre de Stoyan Atanassov) : une dame amoureuse de lui ne le connait que par un portrait, il a une réputation de violeur (comme dans la Première Continuation (RQRF 8)). 

Deux romans presque opposés mais qui, malgré leurs diverses aventures et perspectives morales de leurs auteurs, contribuent tous les deux à construire et remixer le caractère des personnages qu’ils partagent: ici, Gauvain, le “bon chevalier”, dont on en vient à se demander s’il est si bon que ça…

S’abonner

RSSApple PodcastsSpotifyGoogle Podcasts

Depuis plus de mille ans, on se raconte les histoires du Roi Arthur et de sa cour fabuleuse pleine de chevaliers héroïques. Si on essaie de se rappeler la légende, ça va peut-être comme suit :

Le fils caché d’Uther Pendragon, Arthur, tire l’épée Excalibur du rocher. Couronné roi, il repousse les Saxons avec l’aide du mage Merlin et règne en paix longtemps, les preux chevaliers se précipitant pour faire partie de la noble Table Ronde, et participer ensuite à la Quête du Saint Graal… Mais la femme d’Arthur, la reine Guenièvre tombe passionnément amoureuse d’un de ses chevaliers, Lancelot, et la désunion commence à s’installer à la cour. Arthur est trahi par Mordred, le fils incestueux qu’il a eu sans le savoir avec sa soeur, et ils s’entretuent, détruisant leurs armées et mettant fin à la Table Ronde. Arthur, mourant, est emmené par des fées sur un navire, et certains croient qu’il reviendra un jour… Et là-dedans il doit aussi y avoir l’histoire de Tristan et Iseult ?

Mais ce canon a en fait mis plusieurs siècles pour se constituer. Tous ces personnages et scénarios ont été ajoutés les uns après les autres par différents auteurs, souvent anonymes, dont le travail était ensuite repris et compilé pour aboutir à la légende telle qu’on la connaît. Une de ces synthèses les plus influentes aujourd’hui est Le Morte d’Arthur (~1469) de l’anglais Thomas Malory. À la fin il y écrit qu’en de nombreuses parts d’Angleterre on croit qu’Arthur reviendra un jour de la mort. Il ne veut pas se prononcer mais beaucoup disent que sur sa tombe est écrit : Hic Jacet Arthurus, Rex Quondam Rexque Futurus.

Du latin pour « Ci-gît Arthur, Roi jadis et Roi à l’avenir », ou « Roi une fois et Roi dans le futur ».

Et comme le roi dont on attend le retour, son histoire nous fascine depuis des siècles. Déjà au Moyen Âge elles eurent un énorme succès dont il nous reste des dizaines et des dizaines de textes, en vers, en prose, en français, en allemand, en italien… Et jusqu’à nos bandes dessinées, films et jeux vidéos modernes le Roi Arthur et ses chevaliers continuent en effet de revenir à la vie.

Rex Quondam Rexque Futurus est un podcast, une émission audio à télécharger, où, chaque mois Antoine et Lays discutent d’une oeuvre classique de la littérature arthurienne. Retrouvez-nous ici abonnez-vous à notre flux RSS, sur votre application de podcast privilégiée, et découvrez avec nous un monde de guerriers amoureux, de dragons et de magie où fait parfois même irruption la main de Dieu dans cette grande fresque de la force en quête de la vertu.