RQRF 31 : Le Lanzelet d’Ulrich von Zatzikhoven et la tradition allemande

Antoine et Lays se sont surtout concentrés sur les oeuvres françaises, mais la légende arthurienne a très vite été traduite dans d’autres langues, et dans cet épisode, enregistré à distance de par les circonstances, on discute un peu plus des productions d’Outre-Rhin.

Après quelques mots sur Hartmann von Aue, qui avec ses Erec et Iwein fut le premier à y adapter les oeuvres de Chrétien de Troyes (RQRF 5-7) avant même le Parzival de Wolfram von Eschenbach (RQRF 20), ils discutent de Wigalois ou le Chevalier à la Roue de Wirnt de Grafenberg, une oeuvre qui commence très proche du Bel Inconnu de Renaud de Beaujeu (RQRF 23), car Wigalois naît de l’union de Gauvain avec une fée.

Le gros morceau de cet épisode sera cependant le Lanzelet de Ulrich von Zatzikhoven, datant du début du treizième siècle, particulièrement intéressant car il nous présente un portrait de Lancelot très différent de celui de Chrétien de Troyes (RQRF 6). Par exemple, il se marie quatre fois (!) sans que sa femme précédente soit ensuite divorcée ou même mentionnée, jusqu’à ce qu’il finisse avec la belle Iblis. D’ailleurs, Guenièvre est bien enlevée dans ce roman, une tradition qu’on trouvait déjà dans d’anciennes vies de saints, mais Lanzelet n’est pas dans une relation amoureuse avec elle, et ne participe pas tant à sa rescousse. Par ailleurs, on y retrouve déjà le début du Lancelot en Prose (RQRF 15) qui n’était pas chez Chrétien : le royaume du père de Lanzelet est ravagé par une révolte de ses barons, et l’enfant est recueilli par une fée sous-marine. Tout cela laisse penser qu’on a là une trace de la tradition originelle de l’histoire de Lancelot, qui a pu influencer aussi bien les cycles en prose qu’Ulrich, mais que Chrétien aurait laissé de côté pour raconter son histoire d’amour courtois.

Rex Quondam Rexque Futurus 31 : Le Lanzelet d’Ulrich von Zatzikhoven et la tradition allemande (avril 2020)

Comme le souligne Danielle Buschinger, on remarque cependant que ce roman tient tout du « patchwork », une « recréation » post-classique, qui enchaîne des motifs connus sans toujours leur donner le poids requis : un test de vertu grâce à un manteau qui change de forme (comme dans le Lai du Mantel, RQRF 25) ; une femme changée en dragon et qui doit être libérée par un baiser (comme dans le Bel Inconnu)… Dans ces péripéties colorées, Lanzelet « ne traverse jamais de crise », les épreuves l’effleurent sans le bousculer. Mais le merveilleux allemand y prend aussi une saveur différente, le roman invoque la magie avec un peu moins de timidité : Arthur ira ainsi demander son aide à l’enchanteur Malduc pour récupérer Guenièvre, et quand en échange il aura fait Erec et Gauvain (ou Walwein) prisonniers, on s’aidera d’Esealt le Long, un géant qui grandit d’un empan tous les mois, pour assaillir le château du sorcier. Loin du cœur contrarié du Lancelot français, l’adultère par excellence, déchiré par son amour pour sa reine, ce Lanzelet nous montre cependant une autre tradition, une variation intéressante, aidé en ça par un vrai goût pour la féerie.

Musique

Benjamin Britten (1913-1976)
Suite from King Arthur (Arr. Hindmarsh): I. Overture (Générique)
Richard Hickox & BBC Philarmonic Orchestra

Neidhart von Reuental (première moitié du XIIIème siècle)
Owê dirre nôt
Drew Minter (contre-ténor) & Mary Springfels (viole de gambe)

Richard Rodgers (1902–1979) et  Oscar Hammerstein II (1895–1960)
Oklahoma!: I Cain’t Say No
Ali Stroker

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)
Don Giovanni K. 527: Ouverture
John Eliot Gardiner & The English Baroque Soloists

RQRF 30 : Gliglois et L’Âtre Périlleux

Suivant Chrétien de Troyes, les romans arthuriens du XIIIe siècle ont souvent soit Gauvain pour héros — comme dans La Mule sans frein ou Le Chevalier à l’Épée (RQRF 19) — soit lui font partager la vedette avec un autre chevalier, privilégié par le romancier —comme dans Méraugis de Portlesguez (RQRF 26). Dans cet épisode, Antoine et Lays en examinent deux.

Rex Quondam Rexque Futurus 30 : Gliglois et L’Âtre Périlleux (mars 2020)

Dans le court roman de Gliglois, on voit une dame très belle, logiquement nommée, Beauté, repousser l’amour de Gauvain, comme celui de Gliglois, jeune chevalier de son équipage qui est aussi tombé amoureux d’elle. Elle semble le honnir et le tourmenter, mais c’est en fait une épreuve pour tester son amour… À la fin, Gauvain bénira tout de même leur union.

Dans L’Âtre Périlleux, par contre, Gauvain est pleinement le héros, et s’il n’a pas lui-même d’intrigue amoureuse dans cette histoire, il réunit à la fin la plupart des chevaliers qu’il croise à la dame de leur désirs (en forçant même l’un d’entre eux à lui rester fidèle). Tout commence quand Escanor de la Montagne le déshonore en enlevant une dame qui s’était mise au service de la cour d’Arthur. Il le pourchasse, mais croise des dames qui se lamentent autour d’un écuyer, les yeux crevés, qui affirme avoir vu Gauvain être démembré. En réalité c’est seulement un chevalier qui portait des armes similaires aux siennes, tué et dépecé par l’Orgueilleux Faé et Gomeret le Desréé (déréglé ou démesuré), jaloux que les dames qu’ils convoitent leur préfèrent Gauvain et Perceval. Cependant, à cause de cela, il semble que Gauvain perde son nom, et ne se nommera plus que Le Chevalier Sans Nom, jusqu’à ce qu’il ait percé à jour ce qui s’est produit…

En chemin, il libère une dame prisonnière d’une tombe dans un cimetière maudit (ledit Âtre Périlleux) et dont un démon abuse chaque nuit. On y apprend que la mère de Gauvain, une fée, avait prophétisé qu’Escanor était le seul chevalier qu’elle n’était pas sûre que Gauvain puisse vaincre. Signe de sa puissance, suivant le moment de la journée, la force d’Escanor se démultiplie, un trait généralement attribué à Gauvain lui-même. Dans cette quête pour rencontrer celui qui pourrait mettre fin à ses jours et récupérer son nom en prouvant qu’il est bien vivant, Gauvain devra aussi défaire le sadique roi de la Rouge Cité, croisera des noms familiers comme Espinogrès ou Raguidel de l’Angarde, et aidera Cadret dont la bien-aimée a été promise à un autre contre son gré. Privé de son nom, Gauvain est ici pleinement « l’idole inconnue » (pour reprendre le titre du livre de Stoyan Atanassov) : tout le monde l’invoque et connaît ses exploits, mais on ne le reconnaît pas.

Musique

Benjamin Britten (1913-1976)
Suite from King Arthur (Arr. Hindmarsh): I. Overture (Générique)
Richard Hickox & BBC Philarmonic Orchestra

Archie Fisher
The Witch of the West-Mer-Lands
The Man With a Rhyme

Franz Liszt (1811-1886)
Eine Faust-Symphonie in drei Charakterbildern, S. 108 : 3. Mephistopheles
Leonard Bernstein & Boston Symphony Orchestra

RQRF 29 : Le Roman de Fergus et le Roman du Roi Yder

Pour la reprise de 2020, Lays et Antoine examinent deux romans isolés du XIIIe siècle qui, en marge de la tradition des grands cycles en prose de Robert de Boron (RQRF 9-10), de la Vulgate (RQRF 15-18), du Tristan en Prose (RQRF 24) ou de la post-Vulgate (RQRF 27-28) se concentrent, comme le faisait Chrétien de Troyes, sur l’aventure d’un chevalier, dans une forme versifiée.

Rex Quondam Rexque Futurus 29 : Fergus et le Roman du Roi Yder (janvier 2020)

Dans le Roman de Fergus, aussi appelé Le Chevalier à l’Escu, Fergus est peut-être inspiré d’un personnage historique mais son histoire reprend surtout celle du Perceval de Chrétien (RQRF 7). Occupé à travailler la terre, Fergus voit passer un cortège de chevaliers du Roi Arthur qui revient de la chasse. Il veut immédiatement les rejoindre et abandonne sa charrue sur place. Alors que son père, un vilain, un roturier, voudrait le battre car il abandonne ses devoirs, sa mère, de plus noble extraction, soutient son ambition. On déterre une armure complètement rouillée d’un coffre, et le voilà parti à l’aventure… Comme Perceval, Keu le met à l’épreuve, en rigolant, de vaincre un ennemi redouté d’Arthur, ici le Chevalier Noir.

Une fois adoubé, il rencontre en chemin Galienne, la nièce du châtelain de Liddel, mais ne peut lui retourner son amour, avant d’avoir achevé sa quête. Il vainc le Chevalier Noir sans problèmes, mais quand il revient, Galienne a disparu… Après un an d’errance, il apprend que pour la retrouver il ferait mieux d’obtenir d’abord un écu projetant une lumière merveilleuse, gardé à Dunnottar par une vieille géante monstrueuse armée d’une faux, et par un dragon. Il apprend ensuite que Galienne est la nouvelle reine de Lothian mais qu’elle est assiégée à Roxburgh. Elle avait demandé de l’aide à la cour d’Arthur mais tous ses chevaliers étaient loin, cherchant Fergus. Fergus parviendra à vaincre les assaillants mais il disparaît ensuite, et Arthur devra organiser un tournoi pour qu’il refasse surface et puisse épouser Galienne, devanant roi de Lothian.

Le Roman du Roi Yder (Romanz du reis Yder) place sur le devant de la scène un très vieux personnage mais qui avait souvent un rôle très secondaire. Il apparaît ainsi sur l’archivolte de la Porta della Pescheria de la Cathédrale de Modène (~1120-1140) comme « Isdernus ». Yder était déjà mentionné par Cullwch ac Olwen (RQRF 2), peut-être notre trace la plus archaïque de récits arthuriens gallois, même s’il ne jouait pas de grand rôle dans l’histoire. Il faisait aussi une apparition chez Geoffrey de Monmouth (RQRF 3) et Wace (RQRF 4), dans le Lai du Court Mantel (RQRF 25), et, au début d’Erec et Enide de Chrétien de Troyes (RQRF 5), c’est lui qui outrageait Guenièvre quand son nain fouettait une de ses suivantes. Une histoire qui lui est régulièrement associée, et c’est le cas dans ce roman aussi, est d’avoir vaincu un ours en combat, ainsi dans la Folie Tristan de Berne (RQRF 13) ou dans La Vengeance Raguidel, où il venait aider Gauvain en battant l’ours du cruel Guingasoin. (RQRF 26)

Environ mille vers manquent au début du seul manuscrit connu, mais on peut assez facilement reconstituer le début de l’histoire. Yder ne connaît pas son père, qui avait seulement laissé à sa mère la moitié d’un anneau. À 17 ans il part à sa recherche. En chemin il tombe amoureux de la reine Guenloïe, qui ne veut apparemment pas s’engager dans une relation sans connaître son ascendance ou avant qu’il ait fait ses preuves. Yder sauve le Roi Arthur d’une mauvaise passe, mais celui-ci oublie de le remercier et manque à sa parole. Yder, déçu, va donc aider un des vassaux qu’Arthur assiège. Devant ses prouesses, Arthur finit par l’inviter à contre-coeur à la cour. Quand un ours fait irruption dans les appartements de Guenièvre, Yder arrive à le repousser, suscitant encore plus d’admiration, mais aussi une profonde jalousie de la part d’Arthur, qui commence à croire que Guenièvre l’aime. Au cours de ses aventures, Yder retrouve son père Nuc, « duc d’Allemagne ». Le portrait d’Arthur, déjà négatif, devient franchement maléfique quand, pour se débarrasser d’Yder, il l’emmène dans une expédition pour combattre des géants, où il espère qu’il mourra, et où Keu (qui avait déjà tenté de le tuer) finit par l’empoisonner. Heureusement, Yder survit, revient épouser Guenloïe, et est couronné roi par Arthur, qui ne le perçoit peut-être plus comme une menace maintenant qu’il est marié.

On reconnaît les motifs typiques de l’aventure chevaleresque immortalisés par chrétien et qu’on a déjà retrouvés dans Le Bel Inconnu (RQRF 23) par exemple : un héros part de chez lui, tombe amoureux d’une châtelaine mais ne peut s’adonner à son amour qu’une fois ses preuves faites, il combat géants et bêtes, sa victoire finale est scellée par un mariage et un couronnement… D’autres parallèles prêtent plus à rire : dans les deux romans on voit quelqu’un se battre avec des volailles en broche ! Sans forcément être parodiques (même s’ils sont parfois décrits comme tels) le burlesque des aventures de Fergus ou la malfaisance presque comique d’Arthur dans ces deux textes poussent en effet assez loin la tendance humoristique du roman de chevalerie.

  • Illustration de l’épisode : archivolte de la Porta della Pescheria de la Cathédrale de Modène. (photographie de Sailko sur Wikimedia Commons (CC BY-SA 4.0)) Réalisé entre 1120 et 1140 environ, c’est une des premières traces datables de la légende arthurienne sur le continent, où l’on peut voir, de gauche à droite, Yder (Isdernus), Arthur (Artus de Bretanni), Durmart ? (Durmaltus), Guenièvre à priori (Winlogee), Caradoc (Carrado), Gauvain (Galvagin), Galvariun (non-identifié, peut-être un double de Gauvain vu le nom) et Keu (Che). Au sujet de cette sculpture arthurienne, et d’autres, voir l’article de Stiennon et Lejeune dans les Cahiers de Civilisation Médiévale.
  • Sources, liens, résumés.
  • Annexe : Tableau de romans arthuriens isolés (qui ne sont pas compris dans un cycle)

Musique

Benjamin Britten (1913-1976)
Suite from King Arthur (Arr. Hindmarsh): I. Overture (Générique)
Richard Hickox & BBC Philarmonic Orchestra

Gaelic Storm
The Bonnie Ship the Diamond
Gaelic Storm

Ludvig van Beethoven (1770-1827)
Egmont, Op. 84 : Overture
Jos van Immerseel & Anima Eterna Brugge

RQRF 26 : Méraugis de Portlesguez et La Vengeance Raguidel

Les manuscrits de Méraugis de Portlesguez nous disent qu’il est l’œuvre d’un certain Raoul de Houdenc, qui est probablement aussi le Raoul qui signe La Vengeance Raguidel.

Rex Quondam Rexque Futurus 26 : Méraugis et la Vengeance Raguidel (octobre 2019)

Méraugis de Portlesguez convoite l’amour de Lidoine pour ses vertus, et non pour sa beauté, contrairement à Gorvain de Cadruz qui veut l’affronter pour cela. Lidoine est sous le charme de Méraugis mais le début de leur relation est repoussé à un an plus tard, durant lequel Lidoine veut voir Méraugis faire ses preuves au cours d’aventures. Et justement, on réalise que, Gauvain n’est toujours par revenu de la quête de « l’Épée aux Estranges Ranges » annoncée dans le Conte du Graal (RQRF 7). On ne le sait pas mais Gauvain est en fait prisonnier d’une île où il doit combattre et tuer – ou être tué – par tous les chevaliers de passage. Méraugis part pour « l’esplumoir Merlin » où il espère retrouver sa trace, mais son aventure et celle de Lidoine croisera aussi à nouveau la route de Gorvain…

Dans La Vengeance Raguidel, le cadavre du chevalier Raguidel arrive de nuit à la cour d’Arthur par un bateau se mouvant tout seul, comme dans la Première Continuation (RQRF 8). Une lettre indique qu’il ne pourra être vengé que par celui qui parvient à enlever le tronçon de lance fiché dans sa poitrine – et qui se révèle être Gauvain – aidé de celui qui arrive à lui enlever ses cinq anneaux – c’est-à-dire Yder, mais qui disparaît avant que Gauvain le sache.  Oubliant la lance, Gauvain se bat d’abord contre un Chevalier Noir, avec qui il se réconcilie. Il est ensuite reçu incognito par une dame dont il a déçu l’amour jadis, et qui veut désormais le tuer avec une sorte de guillotine, comme dans le Perlesvaus (RQRF 11). Pour l’attirer dans son piège avant qu’il n’arrive par hasard, elle avait enlevé et torturé son frère Gaheriet. Après cela, Gauvain s’amourache de la belle Ydain, qui le déçoit par son infidélité, avec des scènes et une morale misogyne qui rappellent Le Chevalier à l’épée (RQRF 19). Gauvain retrouve enfin le bateau merveilleux, qui l’amène en Écosse. Là, il croise de nouveau Yder, avec lequel il espère pouvoir venger Raguidel, en vainquant le terrible Guingasouin, ses armes enchantées et son ours apprivoisé…

En plus de placer Gauvain dans un rôle de premier plan, comme La Mule sans frein ou Le Chevalier à l’épée (RQRF 19), ces deux romans du début du XIIIe siècle se rejoignent dans une référence appuyée à Chrétien de Troyes et ses continuateurs, un sérieux goût pour l’ironie et l’humour et une recombinaison inventive de motifs connus de la littérature arthurienne.

  • Le podcast Arthurian Mythia.
  • Illustration de l’épisode: composée à partir de fac-similés des miniatures de l’esplumoir Merlin et de la Carole enchantée dans le manuscrit de Vienne de Méraugis de Portlesguez, reproduits dans l’édition de Michelant.

Musique

Benjamin Britten (1913-1976)
Suite from King Arthur (Arr. Hindmarsh): I. Overture (Générique)
Richard Hickox & BBC Philarmonic Orchestra

Antonio Salieri (1750-1825)
Prima la musica e poi le parole: Sinfonia
Nikolaus Harnoncourt & Concentus Musicus Wien

Joe Dassin (1938-1980)
Siffler sur la colline
Joe Dassin (Les Champs-Élysées)

The Dead South
In Hell I’ll Be In Good Company
Good Company

RQRF 23 : Le Bel Inconnu de Renaud de Beaujeu

Dans le premier tiers du XIIIème siècle, Le Bel Inconnu, attribué par son manuscrit à un certain Renaud de Beaujeu, reprend, comme le Roman de Jaufré (RQRF 21), la tradition du roman arthurien en vers initiée par Chrétien de Troyes. Contrairement aux continuateurs de Chrétien, ou aux auteurs des grands cycles en vers ou en prose, Renaud de Beaujeu ne cherche pas à intégrer son récit dans une fresque plus vaste, mais préfère explorer le genre et ses figures imposées: les romans de Chrétien fournissent ainsi une première base aux aventures du titulaire Bel Inconnu, dont l’anonymat, calqué sur celui de Perceval, dissimule en fait Guinglain, fils caché de Gauvain et d’une fée. Mais Renaud de Beaujeu n’assemble pas simplement un patchwork des tropes de son illustre prédécesseur: il les retourne et les transforme, bâtissant une œuvre unique, étrange et intrigante, tout à fait différente de celles de ses contemporains.

Ignorant tout de son identité, son héros titulaire commence sa quête à la cour du roi Arthur, qu’il quitte bien vite pour aller sauver la Blonde Esmérée, fille du roi du Pays de Galles, retenue prisonnière dans sa cité ruinée par un enchanteur maléfique. En chemin, il devra affronter bien des défis pour prouver sa valeur, avant de pouvoir apprendre qui il est vraiment et sauver celle à qui il semble promis. Le plus grand obstacle sur son chemin, toutefois, ne sera pas une épreuve de force, mais plutôt l’amour d’une autre: la Pucelle aux Blanches Mains, reine de l’Île d’Or et magicienne aux pouvoirs prodigieux…

Rex Quondam Rexque Futurus 23 : Le Bel Inconnu (juin 2019)

Musique

Benjamin Britten (1913-1976)
Suite from King Arthur (Arr. Hindmarsh): I. Overture (Générique)
Richard Hickox & BBC Philarmonic Orchestra

Claude Le Jeune (1528-1600)
Le Printemps: I. Revecy venir du Printans
Denis Raisin-Dadre & Ensemble Doulce Mémoire

Vampire Weekend
Bambina
Father of the Bride

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)
Sérénade n° 9 en ré majeur K.320 « Posthorn »: III. Presto
Jaap Schröder, Christopher Hogwood & Academy of Ancient Music

RQRF 21 : Le roman de Jaufré

Le Roman de Jaufré est le seul texte arthurien préservé en occitan. Dédié à un roi d’Aragon, on débat encore des étapes de sa rédaction et de sa datation exacte: celle-ci se situe probablement autour de 1225, mais certains supposent une première version qui pourrait remonter à 1169. Relativement négligé en France, il conquerra le public espagnol, qui le rééditera pendant des siècles, notamment sous la forme de chapbooks (des petits livres imprimés largement diffusés) et qui l’exportera jusqu’aux Philippines, où on en collectera une version en tagalog !

L’action commence à la Pentecôte, alors qu’Arthur attend qu’une aventure survienne avant de passer à table. Le début du roman semble se moquer de ce cliché, car rien ne venant, le roi doit partir en quête d’aventure, où il se retrouve à la merci d’une bête à cornes qui menace de le projeter du haut d’une falaise, au désespoir de la cour. Après qu’il soit révélé que la bête est en fait un enchanteur métamorphe qui lui fait une sorte de blague, Jaufré, fils de Doson, débarque à la cour et y est adoubé. Juste après, il voit le vil chevalier Taulat de Rougemont tuer un des hommes de la cour et part à sa poursuite. Sur son chemin, il devra affronter un sergent qui bondit comme un cabri, des géants lépreux, un chevalier démoniaque qui semble insensible à ses attaques, et aussi élucider le mystère d’une terre dont les habitants explosent régulièrement en cris et en lamentations, mais qui deviennent très violents quand il leur demande le pourquoi de leur tristesse…

Rex Quondam Rexque Futurus 21 : Le roman de Jaufré (mars 2019)

Musique :

Benjamin Britten (1913-1976)
Suite from King Arthur (Arr. Hindmarsh): I. Overture (Générique)
Richard Hickox & BBC Philarmonic Orchestra

Antoine Boësset (1586-1643)
Una musiqua
Vincent Dumestre & Le Poème Harmonique

Modeste Moussorgski(1839-1881)
La Foire de Sorotchintsy : Gopak
Charles Mackerras & Philharmonia Orchestra

Ludwig van Beethoven (1770-1827)
Symphonie nº 4 en si bémol majeur, op. 60: IV. Allegro ma non troppo
Jos van Imerseel & Anima Eterna Brugge

RQRF 20 : Le Parzival de Wolfram von Eschenbach

Parzival (~1205-1210) est l’une des œuvres les plus influentes de la littérature médiévale allemande. Le chevalier Wolfram von Eschenbach y réécrit le Conte du Graal de Chrétien de Troyes (RQRF 7) en y créant plein de connexions : les aventures de Perceval et Gauvain – devenus Parzival et Gawan en allemand – sont bien plus imbriquées, de nombreux personnages se retrouvent liés au château du Graal à Munsalvaesche, et tout le monde est cousin de tout le monde. Et pour couronner le tout, le Graal n’y est pas un récipient qui a recueilli le sang du Christ, mais une pierre précieuse (« incandescente », si vous le dites) descendue du ciel par les anges restés neutres lors de la guerre entre Lucifer et Dieu. Elle est gardée par une compagnie de « Templiers », de prêtres et de vierges, qui suivent les ordres qui parfois apparaissent dessus.

Au début du roman, Wolfram ajoute les aventures orientales de Gahmuret, le père de Perceval, au service du « Baruc » de Bagdad. Il convole avec Belakane, la reine noire de Zamzamanc, avec qui il aura un fils, Feirefiz, à la peau mêlée de noir et de blanc. Il mariera ensuite Herzeloyde, reine de Galles, avec qui il aura Parzival, avant de retourner mourir vers Bagdad malgré une armure de diamant. Comme chez Chrétien, élevé loin de la chevalerie, Parzival joindra cependant la cour d’Arthur, prendra l’armure du Chevalier Vermeil après l’avoir tué, et échouera à poser la question fatidique au château du Graal. Mais après de nombreuses aventures, un peu de pénitence et des retrouvailles avec son demi-frère Feirefiz, Parzival est appelé par le Graal : il peut devenir roi du Graal et libérer Anfortas de ses souffrances en lui posant la question fatidique : « Œheim, waz wirret dier? » (mon oncle, qu’est-ce qui te navre ?)

Imprégné d’une idéologie guerrière mais aussi de sensualité amoureuse, le Parzival reflète l’importance des croisades lors de son contexte d’écriture, notamment par l’importance donnée aux templiers et les virées orientales de Gahmuret. Mais plutôt que de massacrer les infidèles comme dans le fanatique Perlesvaus (RQRF 11) ou les terrifier par les miracles de Dieu dans l’Estoire del Saint Graal (RQRF 18), il préconise aux païens une conversion inspirée par l’amour, et même par le couple, dans le cas de Belakane et Feirefiz, ses « templiers » arborant d’ailleurs une colombe plutôt qu’une croix. Ce sont finalement les divergences du roman avec le reste de la matière de Bretagne qui en font une œuvre unique et très influente pour la suite de la littérature arthurienne en langue allemande.

Rex Quondam Rexque Futurus 20 : Le Parzival de Wolfram von Eschenbach (décembre 2018)
  • 0:00:00 Extraits et générique
    • INTRODUCTION
  • 0:02:08 Introduction : le Parzival
  • 0:12:25 Wolfram von Eschenbach (c. 1170-1220)
  • 0:18:00 Thèmes : Graal, croisades, amour et religion
    • ÉDITION
  • 0:30:30 Histoire du texte
  • 0:35:00 Editions et traductions
  • 0:42:36 Intermède musical 1
    • RÉSUMÉ
  • 0:44:09 I-II : Aventures Orientales de Gahmuret
  • 1:00:00 III-IV : Education de Perceval
  • 1:10:10 V : Visite à Munsalvaesche, échec face au Graal
  • 1:16:30 VI : Joint la Cour, début de la Quête
  • 1:20:00 VII-VIII : Tournois et aventures de Gauvain
  • 1:30:00 Intermède musical 2
  • 1:31:53 IX : Parzival instruit par l’ermite Trevrizent
  • 1:45:16 X-XIII : Gauvain au Château de la Merveille
  • 2:08:30 XIV : Combat Gauvain vs. Perceval et suites
  • 2:12:20 XV : Retrouvailles avec Feirefiz
  • 2:18:00 XVI : Résolution de la Quête & Épilogue
  • 2:26:53 Intermède musical 3
    • CONCLUSION
  • 2:28:46 Autres notes et conclusion
  • 2:44:48 Musique finale et réclames Radiokawa.

Image : L’épisode des gouttes de sang sur la neige. (Berne, Burgerbibliothek, Cod. AA 91 f. 59v)

RQRF 19 : La Mule Sans Frein et le Chevalier à l’Épée (1190-1210 ?)

Parallèlement au développement des grands cycles arthuriens centrés sur le Graal, d’autres traditions émergent dans le sillage de Chrétien de Troyes, dont une qui consacre des récits plutôt courts aux aventures de Gauvain, qui, malgré sa grande présence dans le Conte du Graal (RQRF 7), n’a pas été le héros principal de l’une des œuvres de Chrétien. Deux de ces courts romans nous sont parvenus, aux côté du Conte du Graal, dans le manuscrit Cod. 354 de la Burgerbibliothek de BerneLe Chevalier à l’Épée et La Mule sans Frein.

Rex Quondam Rexque Futurus 19 : La Mule sans frein et Le Chevalier à l’épée (novembre 2018)

Le Chevalier à l’Épée voit Gauvain partir à l’aventure lors d’une partie de chasse. Trouvant à se loger chez un chevalier, il va devoir composer avec son hôte capricieux et la fille de celui-ci dans des péripéties qui oscillent entre jeu de séduction et lit périlleux. Étant parvenu à conserver à la fois sa vie et son honneur, il quitte le château pour rejoindre la cour d’Arthur avec sa nouvelle conquête, mais celle-ci l’abandonne pour un autre chevalier, lui laissant ses lévriers pour toute compagnie.

Attribué dans son prologue à un certain Paien de Maisieres – peut-être un double parodique de Chrétien de Troyes – La Mule sans Frein relate comment, un jour de Pentecôte, une mystérieuse demoiselle montée sur une mule sans frein arrive à Cardoël, promettant un baiser au chevalier qui chevauchera la mule pour retrouver sa bride. Keu se lance à l’aventure, mais prend peur avant de traverser un pont périlleux. C’est Gauvain qui bravera les merveilles du château où le frein est gardé, se soumettant à un jeu de décapitation et combattant lions, serpents et chevalier pour ramener son butin à la demoiselle, qui, son baiser accordé, reprendra son chemin…

Image : La fin du texte du Chevalier à la Mule et le début de La Mule sans Frein. (Berne, Burgerbibliothek, Cod. 345 f. 26v)

RQRF 13 : Premières romances françaises de Tristan et Yseult

Petit retour en arrière pour Lays et Antoine, qui reviennent cette semaine au XIIe siècle pour aborder un pan important mais originellement distinct de la Matière de Bretagne: l’histoire de Tristan et Iseult.

Rex Quondam Rexque Futurus 13 : Romans français de Tristan et Yseult (avril 2018)
  • 0:00:00 – Extraits et générique
  • 0:02:25 – Introduction
  • 0:04:15 – Versions de Tristan et Iseult
  • 0:11:00 – Premières traces de la légende et textes parallèles
  • 0:19:00 – Synthèse de la légende originelle
  • 0:33:00 – Editions des textes utilisées
  • 0.37:50 – Intermède musical 1: Extrait de Tristan und Isolde, prélude de l’acte 1 – Daniel Barenboim & Berliner Philarmoniker
  • 0:39:30 – Le Tristan de Béroul
  • 1:05:39 – Intermède musical 2: Extrait de Tristan und Isolde, prélude de l’acte 1 – Daniel Barenboim & Berliner Philarmoniker
  • 1:07:40 – Le Tristan de Thomas de Bretagne
  • 1:46:00 – Intermède musical 3: Extrait de Tristan und Isolde, prélude de l’acte 1 – Daniel Barenboim & Berliner Philarmoniker
  • 1:47:00 – Les Folies Tristan de Berne et Oxford
  • 2:00:00 – Conclusion
  • 2:03:30 – Musique finale: Extrait de Tristan und Isolde, prélude de l’acte 1 – Daniel Barenboim & Berliner Philarmoniker

Si les deux amants légendaires trouvent probablement leur source dans des légendes galloises et corniques du haut Moyen Âge, c’est en effet avec les poètes Béroul et Thomas, contemporains de Chrétien de Troyes, que la légende apparaît dans la littérature, déjà associée au Roi Arthur.

Le Tristan de Béroul, roman norman qui représente la branche « commune » de la légende, nous est connu par un manuscrit unique et fragmentaire. Il nous raconte la découverte de la relation des deux amants par le Roi Marc, mari d’Iseult et oncle de Tristan, ainsi que leur fuite, leur vie sauvage, et finalement leur retour à la cour de Tintagel.

Le Tristan de Thomas, représentant la tradition dite « courtoise » de la légende, est encore plus fragmentaire, et survit sous forme d’épisodes dans une demi-douzaine de manuscrit. Le roman, écrit par le poète anglo-norman Thomas de Bretagne, relate la séparation des amants, le départ de Tristan en Petite Bretagne, son mariage sans amour avec une autre Iseult, sa blessure mortelle et sa mort, suivie de près par la mort de désespoir de sa bien-aimée, venue de Tintagel pour le soigner.

A ces deux textes en vers sont associés deux autres, plus courts: la Folie Tristan de Berne, associée à la version de Béroul, et la Folie Tristan d’Oxford, plus proche de la version de Thomas. Toutes deux racontent avec des variations le même épisode: une visite de Tristan, déguisé en fou, à Iseult, qui ne le reconnait d’abord pas. L’occasion pour les deux amants de se remémorer leur histoire, et pour nous d’en apprendre plus sur les premiers épisodes perdus des récits de Béroul et Thomas…

  • Image :  Tristan et Iseut à la fontaine, épiés par le roi Marc. Détail d’un panneau de coffret en ivoire. Paris, 1340–1350. Musée du Louvre. [en ligne][JPG]

RQRF 8 : Continuations 1 et 2 du Perceval : Perceval Reloaded

Chrétien de Troyes a laissé son Conte du Graal inachevé, mais à sa suite, plusieurs auteurs ont voulu poursuivre les aventures de Perceval et Gauvain: ainsi connaît-on aujourd’hui quatre continuations qui, se faisant suite, le complètent bon gré mal gré. Dans cet épisode, Antoine et Lays se penchent sur les Première et Deuxième Continuations, les plus anciennes, qui remontent aux deux décennies qui suivent la conclusion de l’oeuvre de Chrétien.

Rex Quondam Rexque Futurus 8 : Continuations 1 et 2 du Perceval (octobre 2017)
  • 00:00:00 Extraits et générique
  • 00:02:10 Introduction
  • 00:07:20 Manuscrits des continuations
  • 00:09:30 Éditions des textes utilisées
  • 00:14:20 Date de rédaction des continuations
  • 00:16:00 Première Continuation, ou Continuation-Gauvain
  • 00:18:20 Sommaire des six sections de la Première Continuation
  • 00:21:30 Section 1 : Guiromelant et 1ère visite au Château du Graal
  • 00:31:00  Interlude musical 1 (Purcell)
  • 00:34:47 Section 2 : Brun de Branlant
  • 00:39:16 Section 3 : Le « Livre de Caradoc »
  • 00:47:49 Section 4 : Le Château Orgueilleux et Bran de Lis
  • 01:02:02 Section 5 : Deuxième visite au Château du Graal
  • 01:09:43 Section 6 : Aventures de Guéheret
  • 01:16:58 Interlude musical 2 (Purcell)
  • 01:19:10 Deuxième Continuation ou Continuation-Perceval
  • 01:26:00 Retour de personnages du Conte du Graal
  • 01:45:00 Mont Douloureux et retour de Perceval au Château du Graal
  • 01:52:13 Conclusion inédite de la 2ème continuation (Ms. Berne)
  • 01:58:25 Interlude musical 3 (Purcell) et réclames Radiokawa

La Première Continuation, restée anonyme, donne la part belle à Gauvain – d’ou son autre nom, celui de Continuation-Gauvain. Reprenant le récit à la ligne où Chrétien quitte le sien, elle envoie Gauvain dans une suite presque infinie d’aventures qui le verront notamment rallier le château du Graal, tout en se penchant sur les exploits de Caradoc de Vannes et de Guhéret, frère de Gauvain, mais en omettant presque toute mention de Perceval.

Celui-ci, en revanche, occupe le devant de la scène dans la Deuxième Continuation, ou Continuation-Perceval, attribuée à Wauchier de Denain. Celle-ci, s’appuyant sur le récit de la Première, va le ramener par monts et par vaux jusqu’au Roi Pêcheur, où il aura l’occasion de pallier à son premier échec…